Célibat et romance à la terre-neuvienne (partie 1)

*Cet article s’adresse sans doute aussi au Canada anglais au grand complet moyennant certaines exceptions

Voici venu… Mon article le plus Narcity jamais écrit… pour célébrer cet événement de Chandram qui devient full trop lifestyle #lifestyleblogger, je vais écrire deux articles sur le sujet, parce qu’il y a trop de choses à dire sur les porteurs de phallus terre-neuviens s’identifiant au sexe masculin.

Ceux qui me connaissent *dans la vraie vie* sont au courant que je suis célibataire depuis un million d’années (4 ans). Ça fait tellement longtemps que j’ai dû changer les paramètres de mon Tinder parce qu’ils ne correspondaient plus du tout à la tranche d’âge dans laquelle j’étais prête d’aller piger pour trouver le nouveau Monsieur Chandram.

Dans l’avion pour me rendre à Terre-Neuve, un sympathique monsieur dans la cinquantaine était assis à côté de moi et m’a partagé cette prophétie « You’re gonna find yourself a nice newfie man and never leave the island »

chandrampecheur

Chandram qui songe à son mari terre-neuvien pêcheur, 2018, Anonyme, (l’artiste m’a demandé de ne pas la citer parce qu’elle trouvait son dessin vraiment trop laitte mais moi je le trouve bin correct)

Je vais pas mentir, j’étais pas contre l’idée… Je n’étais pas encore atterrie à St-John’s et j’avais encore cette idée extrêmement romantique d’être la nouvelle ingénue arrivant dans une région magnifique et peu habitée, rencontrer le pêcheur du village qui a une vague ressemblance avec Alexander Skarsgård, mais comme, quelques coches moins beau parce que soyons honnêtes, Alexander Skarsgård est sérieusement en haut de ma catégorie de gars que je peux me pogner, même dans mes fantasmes. Ça brise la magie si le gars est trop beau. Donc, pour le bien de la cause, disons Alexander Skarsgård avec 20 livres de trop sur son corps parfait de statue grecque, avec sa peau d’albâtre un peu maganée parce il aurait eu de l’acné à l’adolescence.

Bref, on se serait rencontrés alors que je me serais perdue pour une raison quelconque dans un village où il y a seulement quatre commerces et il m’aurait raccompagné au mignon cottage en brique de style victorien où j’allais habiter (j’habite dans un immeuble blanc en latte de vinyle).

On accélère le reste du film… Alexander Skarsgård a un terrible secret… au bout du compte il croyait me sauver mais c’est moi qui le sauve de ses démons… on se marie etc.

C’est un long fantasme mais c’était un long vol.

Cinq mois plus tard, je n’ai toujours pas trouvé mon beau pêcheur. En fait l’industrie de la pêche ne va pas bien du tout, donc même si mon beau pêcheur existait, il travaille maintenant sûrement dans une plateforme de pétrole off-shore ou sur le chantier du barrage de Muskrat Falls au Labrador même si c’est moyen populaire comme idée d’aller travailler là alors il y a peu de chances que je le croise.

Fidèle à mes habitudes de vieille fille, j’ai donc activé mon Tinder, mais, Terre-Neuve et vie de région obligent, j’ai dû mettre le rayon de recherche à 50 km.

Comme j’ai dit dans mon article de lançage de roches, tu veux pas insulter les Terre-Neuviens, t’es sur une île, ils sont plus nombreux que toi et c’est quand même une méchante trotte à la nage pour retourner sur les côtes du continent.

Cela dit…. le Terre-Neuvien moyen sur Tinder est un tantinet moins romantique que celui dans mon roman de Nicholas Sparks imaginaire…

27046391_10213828086269633_1290014424_o

Case in point…

datingnewfie

Second case in point…

BREF, bien qu’il soit rassurant de savoir que mon éventuelle tindate peut faire des wheelings sur sa motoneige et qu’il y aura toujours une possibilité de lui demander de déménager un frigo dans son pick-up, je ne suis pas convaincue qu’un gars qui tente de séduire des filles en ligne en mettant des photos de F-350 (j’ai dû le googler je ne connais rien en chars) sur Tinder, puisse conquérir mon cœur, MÊME s’il fait un wheeling AVEC son pick-up.

Les gens qui vont me dire « Arrête de juger les gens sur leurs apparences, c’est pas parce qu’un gars conduit un pick-up que c’est un idiot » n’ont sans doute jamais utilisé Tinder plus qu’une semaine. Ou conduisent un pick-up. Le but de Tinder, C’EST de juger sur les apparences et si ça se trouve, les gens y sont plus authentiques parce qu’ils s’assument comme jugeant les autres sur leur apparence, ce que tout le monde fait, anyways.

Qu’est-ce qu’ils essaient de dire avec leurs photos de pick-up de toute façon? T’aurais pu le dire que t’aimes les chars dans ta description, j’aurais compris. Ou une photo de toi qui gosse sur ton char, ç’aurait déjà été mieux. J’imagine que tu trouves que le pick-up est plus beau que ton visage et c’est pour ça que tu le priorises. C’est probablement vrai, puisque les gars qui mettent des photos de pick-up ont souvent l’air vaguement cosanguins. Cependant, le fait de mettre une photo de ton pick-up géant veut surtout dire pour moi « Je pense que je suis laid et je n’ai pas confiance en moi » et c’est encore plus laid qu’un gars juste laid. J’ai couché avec des gars laids. Ça marche de la même manière qu’avec un beau gars, je vous le jure. Mais les gars laids avec qui j’ai couché avaient confiance en eux, ce qui les rendaient bizarrement sexys.

En tout cas, je vais le dire en anglais au cas où un Terre-Neuvien* essaierait de lire et pourrait m’expliquer le concept: « Why the fuck do you think showing your tiny-dick syndrome’s pick-up will help you get laid? »

Quant aux gars qui font des wheelings avec leurs motoneiges, je reconnais que c’est plus impressionnant qu’un esti de pick-up stationné, cependant c’est probablement dangereux, stupide et aucunement bon pour l’engin et un gars qui tient autant peu à sa vie n’est généralement pas le genre à mettre un condom. C’est donc un non pour moi.

Mais… j’ai tout de même été à quelques dates (rencards pour mes 3 lectrices françaises) à Terre-Neuve. J’ai même déjà embrassé des Terre-Neuviens… Certaines dates venaient même de Tinder! Le charme rugueux de la Roche (les Terre-Neuviens surnomment l’île The Rock) a t-il définitivement fait effet, malgré ma désillusion de ne pas être dans un roman de Nicholas Sparks? La réponse dans le prochain article: Rendez-vous galant à la terre-neuvienne (partie 2) à paraître bientôt! 1105 mots c’est bin déjà bin trop pour un article alors à plus!

xox

Chandram, La

Suivez-moi sur Facebook et Instagram s’il vous plaît. Stp. Come on.

*J’ai vu beaucoup de photos de pick-up au Québec aussi, le problème est généralisé. Cependant, il est bon de savoir que de recueillir ma collection de photos de pick-up ou motoneige sur tinder m’a pris environ 10 minutes, et j’en ai d’autre dans mon cell qui ne fittaient pas dans le photomontage.

Publicités

L’isolement terre-neuvien

Connaissez-vous la chanson « Les murs de poussière » de Francis Cabrel? C’est l’histoire d’un gars qui rêvait d’une ville étrangère, parce qu’il voulait trouver mieux que son lopin de terre et son vieil arbre tordu au milieu. Bref, pour faire une histoire courte, il ne trouve pas mieux, il rentre chez lui et se brûle les yeux. J’ai par ailleurs toujours trouvé que c’était une finale fort étrange que le type se brûle les yeux à la fin de l’histoire et si quelqu’un peut m’expliquer si c’est une allégorie ou pourquoi il se brûle vraiment les yeux, j’apprécierait beaucoup. Mais passons.

Quand t’es à 2 534 km de route des personnes que tu voudrais serrer dans tes bras, avec 33h heures en char sans arrêt, plus un traversier, dans une « ville étrangère » (ok c’est clairement un village mais pour les Terre-Neuviens, c’est une ville alors whatev), pi que t’es partie parce que, quelque part, dans les grands espaces canadiens, tu voulais trouver mieux que ta banlieue de Montréal où t’as grandi, ben Francis Cabrel y te fait ressentir des émotions en esti dans ton petit cœur de Québécoise expatriée. Même si Francis Cabrel est Français et que Les murs de poussière ne parle certainement pas de Saint-Jérôme, P.Q.

Francis Cabrel me fait vivre autant d’émotions parce, faire le programme Odyssée, ou n’importe quel travail nécessitant d’être expatrié-e en région éloignée, ça fait vivre de l’isolement comme je n’en n’avais jamais vécu dans ma vie.

Ça me faisait pas peur, l’isolement. En tant qu’introvertie appréciant les marches en solitaire et les bons romans près du foyer, aller vivre dans une petite communauté près de la mer, ça semblait être un plan idéal, même jouissif. Par moment ce l’est vraiment.

Puis, souvent à cause d’instagram de marde, qui est sans doute l’invention la plus masochiste jamais inventée (suivez le blogue sur instagram –­­> @lachandram svp) je vais voir une photo anodine. Des anciennes connaissances de l’uni qui ont été boire un verre ensemble par exemple, une amie qui prend une photo avec une personne que je ne connais pas. Et je vais être submergée d’une jalousie tellement puissante qu’elle m’en rend mal physiquement.

C’est difficile à décrire comme sentiment. C’est un peu comme lorsqu’on devient extrêmement irritable à cause qu’on est affamé ou épuisé. J’ai faim de relation sociale, de chaleur humaine. Une faim qui me dévore de l’intérieur et qui me cloue devant mon écran, impuissante face à mon désarroi d’être seule ici.

Lorsque le sentiment devient insoutenable, je prends mon téléphone et j’attends. Quitte à avoir le real deal, une voix familière au téléphone peut à tout le moins me servir d’ersatz et me rendre le cœur plein, pour un moment. Mais qu’est-ce qu’un bête appel dans cette période de réseaux sociaux et de messagerie instantanée, pour ceux qui sont déjà près des siens?

Bon nombre ne répondent pas, me laissant avec mon cœur affamé. Parfois ils ne peuvent pas, parfois c’est par paresse, et j’ai dû me rendre à l’évidence que pour certains, ils n’en n’ont rien à battre. Que puis-je y faire? Une amitié ne vaut pas plus que ce que l’autre ou soi-même choisit d’y accorder.

Ne reste que ceux qui décrochent et dont j’entends la voix au bout du fil. Ce n’est pas toujours ceux qu’on pense, et être à 2 534 km d’un ami-e peut t’en apprendre autant sur sa personne qu’en passant tes soirées avec.

Enfin, ce texte n’a pas pour but de juger les personnes loin de moi ou de les blâmer pour mes déboires terre-neuviens.

Non, ce que je retiens de mon expérience d’isolement, ce ne sons pas les déceptions sociales, mais plutôt la beauté du contact humain. Ayant été victime d’intimidation au secondaire et, six ans après avoir gradué et terminé cette expérience désagréables*, je gardais une méfiance des autres qui était tant qu’à moi bien fondée. Mais, le contact humain, aussi pénible peut-il être par moment, est magnifique et je sous-estimais son importance.

Bon, le texte va finir de même, il est 1h15 du matin et le texte est sans doute aussi cucul pour cette raison. On devient tous plus quétaines passés minuit. J’aurais pu attendre et le retravailler demain, mais je voulais poster quelque chose ce soir, alors comme ils disaient dans mon temps #yolo, tant pis pour le paragraphe de conclusion.

xox

Chandram, La

Suivez-moi sur Facebook et Instagram s’il vous plaît. Stp. Come on.

*On peut apprécier l’ironie que je travaille présentement dans une école secondaire.