Lancer des roches et autres terre-neuveries

Donc voilà, apparemment j’écris sur mon blogue à tous les 9 mois avant de l’abandonner pour encore 9 mois. C’est comme quand je joue aux Sims dans le fond.

C'est un beau selfie dans mon beau k-way rose

La Chandram, qui s’apprête à aller lancer des gros galets dans l’eau

La dernière fois que j’ai écrit sur ce blogue, je vivais dans le sous-sol de mes parents, suite à une sortie dramatique de mon bacc en droit. Aujourd’hui, je ne suis plus dans un sous-sol, je suis dans le rez-de-chaussé d’un immeuble à Holyrood, Terre-Neuve, dans une chambre. Je fais le programme Odyssée, qui, en gros, est le summum du multi-culturalisme canadien à la P-E Trudeau. Ma job, dans une école secondaire terre-neuvienne est de partager la culture franco-canadienne et d’inciter les jeunes à apprendre le français au travers d’activités amusantes et éducatives. C’est pas trop clair comme description et c’est pas trop clair ce que je suis supposée faire puisque ça change d’école en école. Mais vu que la population francophone est quasi-inexistante à Terre-Neuve, le simple fait de démontrer aux jeunes que des vraies personnes parlent vraiment français au Canada les impressionne déjà beaucoup. Enfin… éventuellement je vous parlerai de la job, dans laquelle euh, je n’excelle pas toujours (oups) mais aujourd’hui, parlons de Terre-Neuve et de Holyrood.

Ça fait déjà un boutte que je suis ici et j’en ai encore pour un boutte alors je dois faire attention à ce que je dis, parce que certains Terre-Neuviens, bien qu’anglophones de naissance, comprennent assez bien le français, comme le directeur de mon école et la prof de français avec qui je travaille (Si vous lisez ça, salut vous deux!). Ça ne devrait pas être trop pire parce que je n’ai pas trop de choses négatives à dire, mais tu ne veux pas te mettre l’île où tu vis à dos, parce que c’est une île et l’eau est très froide pour nager jusqu’au continent s’ils sont fâchés contre toi.

Donc Terre-Neuve, c’est magnifique mais… euh… peu de gens le savent parce que peu de gens vivent là (en particulier en dehors de St-John’s, genre à Holyrood) et peu de gens y vont. Donc les infrastructures sont quelque peu limitées, ce qui rend l’expérience assez chaotique quand tu es une p’tite hipster pas d’auto (mes haters vont dire que j’ai pas de permis non plus) comme moi. Je vis à 35 km de St-John’s, la capitale et il n’y a aucun moyen de s’y rendre, mis à part faire du pouce ou supplier un collègue de te faire un lift. Ça suce un peu beaucoup parce que j’aime vraiment beaucoup y aller. St-John’s, c’est une ville cool qui ne sait pas qu’elle est cool, alors ça la rend encore plus cool. Mais je ne vis pas à St-John’s, je vis à Holyrood.

Je passe donc le plus clair de mon temps dans mon village à 35 km de St-John’s qui pourrait tout aussi bien être à 350 km de St-John’s et ça ne changerait pas grand-chose pour moi étant donné que je n’ai pas d’auto. Ma vie sociale est anémique dans ce village où je suis peut-être la seule personne dans la tranche d’âge 18-25 ans. Quand je suis en congé, la plus grosse interaction sociale de ma journée est quand la caissière du « convenience store » me dit « have a nice day, my love » et là je me sens toute spéciale parce qu’elle m’a appelée « my love » même si toutes les Terre-Neuviennes appellent littéralement tout le monde « my love » et je trouvais ça bizarre au début, parce que la caissière et moi on n’avait même pas eu une date encore, et dans mon esprit de Québécoise, d’habitude il y a une petite période de fréquentation avant que tu commences à appeler quelqu’un « mon amour ». Les Terrre-Neuviennes, elles, elles ne niaisent pas avec ça.

J’habite à deux minutes de la plage de gros galets où, une fois, j’ai vu des baleines et j’étais bin excitée. J’aime toujours aller à la plage, même si marcher sur des gros galets, ce n’est pas évident et même si l’eau est en permanence assez froide pour te faire faire un arrêt cardiaque si tu te trempes au complet dedans. Mais c’est le fun pareil et j’aime lancer des gros galets dans l’eau et entendre le gros plouf. J’ai sans doute l’air touriste en titi quand je fais ça mais c’est pas grave, après cinq mois je trouve ça encore cool.

Sinon, je vais souvent marcher sur l’ancienne « track » de chemin de fer, mais c’est toujours dangereux parce mes élèves roulent en motocross et en quatre-roues dessus et ils passent toujours proche de m’écraser. Je crois qu’ils ne font pas exprès de toujours passer proche de m’écraser, parce que j’aime penser que les élèves avec qui je travaille m’aiment bien. Cela dit, à Terre-Neuve ou au Québec, un p’tit criss, ça reste un p’tit criss. Et c’est vrai que dans le village, à part rouler en malade en quatre roues ou aller au Subway, il n’y a pas toujours grand chose à faire. Donc j’accepte le risque de mort par quatre-roues conduit par un ti-cul de 14 ans et je vais prendre ma p’tite marche su’a vieille track après avoir lancé mes roches…

Bon, vu que je vais essayer de rendre ce blogue intéressant à nouveau, je vais m’arrêter là pour me garder du bon stock pour d’autres articles et vous laisser en haleine pour de nouvelles aventures de ma vie terre-neuvienne où il ne se passe absolument rien!

J’espère que mes fidèles lecteurs (ma famille et mes quatre amis) seront au rendez-vous pour cette toute nouvelle édition revampée de mon blogue (par revampée, je veux dire: un blogue que j’écris dessus pour de vrai) et que je peux make LaChandram Great Again.

À plus bientôt que d’habitude!

xox

La Chandram

Suivez-moi sur Facebook et Instagram s’il vous plaît. Stp. Come on.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s