La Chandram, pourquoi tu trippes sur Déroule le rebord?

C’est commencé.

C’est enfin ce moment magique de l’année.

Aujourd’hui, j’ai déjà été au Tim Hortons deux fois. Deux grands cafés. Selon moi j’ai plus de chances de gagner quand je prends des plus grands formats. Demain, j’y retournerai sans doute. Au moins un autre grand café.

À chaque fois, le même rituel. Je le fais présentement, étant encore au Tim Hortons. Un grand café trois laits, un sucre. Tu le laisses tiédir. Tu le sirotes tranquillement. À chaque gorgée, j’imagine ce que je ferais avec une Honda civic. Je n’ai pas de permis alors certainement la vendre. Ou faire mon permis et la garder.

J’aimerais mieux la carte de crédit de 5000$. Plus de chances de la gagner et c’est moins compliqué de penser à ce que je ferais avec. Bonjour le Viet Nam.

Oui, pendant Déroule le rebord, ce n’est pas du café que je bois, c’est du rêve.

Puis, vient le moment ultime. Gosser délicatement avec ses dents pour dérouler le sacro-saint-rebord sans tout arracher. Pas aussi facile qu’on pense, les prix à gagner ne se laissant pas atteindre facilement.

Tu gosses, tu gosses, puis soudain, tu aperçois une lettre. Va-t-elle épeler le mot de la victoire ou bien le désespérant « Réessayez SVP »?

La plupart du temps, c’est la défaite. Il faut tout recommencer le processus du début. Les rêves se sont éteints.

Mais, pendant qu’on boit le café de Déroule le rebord, nous SOMMES gagnants, à chaque gorgée. Tel le chat de Schrödinger, tant que je n’ai pas déroulé le rebord, je suis à la fois gagnante et perdante. Je choisis d’être gagnante et de vivre le rêve quelques instants.

Voyez-vous, je n’achète pas un café Déroule le rebord dans l’espoir de gagner (ok un peu quand même), je l’achète parce que je suis gagnante, tant que je bois le café. Je conduis la Honda civic, j’ai une carte-cadeau de 5000$ et une télé Ultra 4K HD. Je suis la reine du Tim Hortons, couronnée de succès, de timbits et de café.

Je l’avoue, je suis prête à sauter la partie boire le café et passer directement à la poubelle, où d’ignorants clients jettent leurs gobelets magiques. Là par contre, il faut dérouler avec les mains. J’ai tout de même un minimum de sens de l’hygiène.

Souvent, les cafés de poubelles non-déroulés sont encore plus gagnants que les cafés qu’on paie. C’est un phénomène étrange que je classe dans la même catégorie que celui selon lequel la bouffe est meilleure quand elle ne nous appartient pas.

D’ailleurs, la seule fois que le char a été gagné à Saint-Jérôme, c’était un café de poubelle. Une saga légendaire s’il y en a une, qui reste dans les annales de la ville. Googlez cette histoire si vous ne savez pas de quoi je parle.

Bref, la loterie de Déroule le rebord, c’est mieux que la vraie loterie, parce quand tu perds, tu as tout de même un café et si tu as un problème de jeu, tu vas t’en rendre compte plus facilement étant donné que tu vas faire pipi 4000 fois.

En plus, c’est une passion partagée entre à peu près tous les Canadiens, et à part ça et le hockey, y’a pas grand-chose qui unit le pays au complet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s